Introduction-Ecriture (1)

traffic analysis

 

                                                 INTRODUCTION

       Ce Manuel d’écriture et de prononciation est le fruit de plusieurs années d’enseignement de la langue arabe aux Nations Unies à Genève et d’interaction avec des étudiants de cinquante pays différents des cinq continents, par conséquent de différents cultes et cultures et de différentes origines linguistiques. Il est l’ensemble des leçons préparées une par une spécifiquement pour répondre aux besoins immédiats de chaque étudiant et étudiante en prenant en considération sa langue d’origine, sa fonction, son niveau intellectuel, sa formation, etc.

       L’alphabet arabe contient plusieurs lettres et sons qui n’existent pas dans d’autres langues. Les apprenants arrivent difficilement à les distinguer et ils les confondent souvent.

       Parmi ces étudiants et étudiantes, il y a un nombre considérable qui sont de langue maternelle persane, ourdou ou pachtou et qui sont avides d'apprendre l'arabe qui est la langue du Coran. Mais beaucoup d'entre eux ne s'intéressent pas à apprendre l'alphabet arabe, pensant à tort qu'ils le connaissent assez bien, étant donné que c'est le même alphabet qu'ils utilisent dans leurs langues d’origine respectives, et qu'ils ont appris depuis leur jeune âge. Donc, ils estiment que c’est inutile de l’apprendre à nouveau comme des petits enfants. Tel est leur argument.
Ils ne réalisent pas que, même s’ils arrivent à bien maîtriser la langue arabe, il faut que ce qu’ils écrivent ressemble à de l’arabe, et que ce qu’ils disent, quand ils parlent, résonne comme de l’arabe, non pas comme du persan ou de l’ourdou. C’est la raison pour laquelle, quelle que soit la langue d’origine de l’apprenant, j’insiste sur la bonne écriture et la bonne prononciation dès le début, quel que soit le temps que cela prenne, car une mauvaise écriture et une prononciation défectueuse sont incorrigibles si l’on les laissent s’installer.

       Il est vrai que ces trois langues, ainsi que d’autres langues, telles que le kurde, le sindhi, le soudanais, l’uzbek, le ouïghour, et le turc (jusqu’en 1928) utilisent l’alphabet arabe. Mais leur écriture et encore plus leur prononciation sont distinctement différentes de celle de l’arabe.

       C’est la raison pour laquelle il est vivement conseillé aux étudiants de langue maternelle farsi (persan), ourdou et pachtou, s’ils désirent sérieusement étudier la langue arabe, d’apprendre à écrire et à prononcer chaque lettre de l’alphabet  arabe, non pas comme de faux débutants, mais comme de véritables débutants.

Arrow Left

1

Arrow  Right